Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

Ex-musée municipal FRANCOIS GUIGUET

François GUIGUET (1860-1937)

buste.jpg
Cinquième d’une famille de douze enfants, François GUIGUET naît à Corbelin le 8 janvier 1860. Il est le fils de Joseph GUIGUET et Marie GARNIER. Très tôt, il apprend le métier de menuisier et travaille dans l’atelier de son père, au hameau du Grimaud.

Le jeune Guiguet montre ses premiers dessins à Auguste RAVIER alors en villégiature à Morestel. Ce dernier, peintre paysagiste déjà reconnu dans son atelier parisien, devient en quelque sorte le maître du jeune artiste au talent prometteur. En 1879, François GUIGUET intègre l’Ecole des Beaux-Arts de Lyon puis celle de Paris où il côtoie des peintres célèbres. Il revient pourtant fréquemment dans son Dauphiné natal auquel il reste très attaché.

Peintre de la vie, il y retrouve les siens qu’il peint avec justesse et réalisme. Dessinateur et portraitiste, il révèle toute la sensibilité des visages d’enfants ou de femmes représentés en toute simplicité dans leurs activités de la vie quotidienne. Il s’éteint dans la maison qui l’a vu naître le 3 septembre 1937.

En 1985, Louis GUIGUET neveu de François Guiguet fait don d’une partie de l’œuvre du peintre à la commune de Corbelin. Cette donation se compose de plus de 3 800 oeuvres (dont 78 huiles, 13 aquarelles et plus de 3500 dessins et croquis). Le droit de reproduction du fonds de collection légué aux Corbelinois est de ce fait, strictement réservé à la commune de Corbelin. Celle-ci décide alors, en 1987, d'aménager un musée dédié à François Guiguet dans l'ancienne chapelle des Soeurs de la Providence, désaffectée depuis le départ de ces dernières en 1958.

Les Soeurs de la Providence de Corenc avaient fondé en 1810 un couvent dans l'ancien Prieuré Notre-Dame, qui a existé à Corbelin de 1129 jusqu'à la Révolution. Elles ont joué un rôle considérable dans la vie locale pendant près d'un siècle et demi, en étant notamment infirmières, surveillantes des pensionnats de jeunes filles travaillant dans les usines de tissage, et surtout institutrices. 

L'ancien Prieuré devenu Couvent a été racheté par la commune en 1972, et aménagé en logements sociaux, à l'exception d'une salle paroissiale et de l'ancienne chapelle des Soeurs, qui après avoir été consacrée au recueillement religieux se vouait à la méditation esthétique.

Le Musée François Guiguet a été inauguré le 1er juiller 1989 et a fermé ses portes début 2011.

 


Pour plus de renseignements, voir l’ouvrage suivant :
« Peintres lyonnais intimistes : Guiguet, Garraud, Degabriel, J. Bardey », Hubert THIOLIER
Il est consultable à la Médiathèque « Les Rondiers » pour tous, aux horaires suivants :
         
         Lundi              16H30 - 19H 

         Mercredi       10 H – 12 H et 14H – 17 H
         Vendredi        16H30 – 18H
         Samedi          10H – 12 H 

  


Quelques œuvres de la collection communale par technique :

- Le préfet Giraud : huile sur toile
- Marie Guiguet enfant : huile sur panneau de bois
- Les enfants à la fenêtre : huile sur toile
- Angèle Guiguet accoudée à la fenêtre : eau-forte
- Joséphine assise : eau-forte
- Fillette aux yeux clairs et aux anglaises : pierre noire, rehauts de sanguine et blanc
- La porte-fenêtre de Mademoiselle Dubois : pastel
- Ciel nuageux : aquarelle sur trait de crayon Conté
- Autoportrait à lunettes : mine de plomb
- Louis Guiguet attablé : pointe d’or sur papier préparé
- Fillette accoudée : sanguine lavée
- Portrait de jeune femme : sanguine
- Fillette : lithographie